Le chemin des mines Expo photo

Le chemin des mines – Kierunek kopalnia

Un projet qui mêle Belges et Polonais, photographes amateurs et professionnels, image et parole, public en reconstruction et jeunes étudiants.

 

A la MPA du 19 octobre au 17 novembre – Vernissage le jeudi 19 octobre de 18h30 à 20h30

 

Deux photographes, Nathalie Hannecart et Olivier van Rossum, arpentent depuis 2015 les paysages miniers de Pologne et de Wallonie. Leurs clichés répondent aux gravures de l’artiste Weronika Siupka, rencontrée en Silésie. A travers des prises de vue au sténopé – qui traduisent bien l’« ambiance » de ces panoramas si particuliers – ils emmènent également des photographes amateurs à la découverte de sites en activité ou à l’arrêt.

Au départ de sténopés, Michel Van Loo, metteur en scène – mène des workshops où, sur base des personnages représentés et de textes d’époque, on travaille la mémoire des territoires.

De l’écriture nait la mise en scène et, selon les envies et les lieux, des scénettes accompagnent ainsi les expos. A Charleroi, à Katowice ou encore à Namur.

 

Le projet a ceci d’original qu’il mélange les genres et les gens. L’image, l’écrit et la parole. Ici, à Charleroi, ou là-bas en Pologne. Ici, avec un public en insertion, là-bas avec de jeunes universitaires qui apprennent le Français. L’étude du passé et l’exploration du présent. Le travail d’artistes confirmés et celui d’amateurs.

 

Une vision de l’immigration polonaise

Au cœur des ateliers menés en Belgique, la question de l’immigration polonaise. Une immigration méconnue, qui, depuis le 19ème siècle a vu arriver sur le sol belge, non pas des hordes, mais de petits groupes, variant selon les époques et la raison : des intellectuels, des ouvriers, des étudiants, des mineurs…

Avec ce travail de l’histoire, la création de textes originaux et la redécouverte de click here textes anciens – par exemple des poèmes en français et en picard, rédigé par un poète polonais immigré – les récits se tissent au cœur des photographies.

 

Le sténopé, l’art du flou et du flux

Dans ce projet, pour faire émerger l’image, le sténopé est rapidement apparu comme un medium sensible susceptible de retracer les structures, édifices, ruines et leur intrication dans une nature engloutissante, ainsi que les images mêlées de récits familiaux fantasmés et d’un présent en évolution.

Un sténopé est un dispositif optique très simple permettant d’obtenir un appareil photographique dérivé de la camera obscura. Il s’agit d’un trou de très faible diamètre. Par extension, on appelle ainsi l’appareil photographique utilisant un tel dispositif.

Le sténopé permet donc d’inscrire la dimension du temps dans la prise de vue, de se construire une image mentale et fantasmée de l’objet photographique avant d’en découvrir la teneur. Il permet aussi d’échapper à la dimension documentaire, pour inscrire une forte dimension poétique et personnelle dans l’abord des objets, des personnes et des lieux.

 

Le Chemin des mines, à Marchienne – l’expo

 

A Marchienne-au-Pont, Leila, Alessandra, Cédric, Johny, Fred, Aline, Frida, Gwenaëlle, Morine, Sandro, et d’autres ont accepté de participer au projet en capturant leur territoire en transformation.

Leur travail sera présenté, du 19 octobre au 17 novembre dans l’Espace Expo de la MPA, aux côtés des œuvres d’autres artistes photographes.

 

Lors du vernissage, le jeudi 19 octobre à 18h30, des participants aux ateliers menés au sein de l’Espace Citoyen Porte Ouest viendront animer et guider l’expo.

 

Les artistes du projet

Nathalie Hannecart, photographe, coordinatrice de l’Atelier 22

Olivier Van Rossum, photographe et professeur de photographie à l’Académie des Beaux-Arts de Namur et à l’Ecole des Arts d’Ixelles

Michel Van Loo, metteur en scène

 

 

Site: www.chemindesmines.net

Facebook: Chemindesmines